top of page

J'ai entendu...


Aujourd’hui, j’ ai réalisé à quel point j’ai eu de la chance d’être formée par différents coachs. J’ai pu découvrir leur personnalité, leur approche du coaching, leurs forces, leurs faiblesses. Ils m’ont appris de leurs erreurs, leurs joies. Ils m’ont partagés leur expérience et leurs anecdotes.

Aujourd’hui, je réalise à quel point ce fut enrichissant, à quel point les rencontrer m’ont permis de colorer mes ailes de coach avec les outils que moi j’aimais. Car il y a autant de coachs qu’il y a de personnalités.

J’ai entendu des coachs dire que les enfants ayant des troubles de l’apprentissage avaient sûrement un blocage émotionnel qui les ont amenés à avoir ces troubles. Mon cœur de maman d’enfants multidys et hp a eu envie de vomir et d’hurler.

J’ai entendu des coachs enseigner la bienveillance et critiquer ouvertement les méthodes d’autres coachs pour qui, personnellement, j’ai du respect. Il y a du bon et du mauvais dans chaque technique de développement personnel. Mais citer les noms de ses concurrents en les dénigrant a choqué mon âme de coach.

J’ai entendu une coach dire que si elle avait des troubles de mémoire, c’est parce qu’elle était HP ; parce que les HP ont tous des problèmes d’apprentissage. Mon cœur de maman et la coach spécialisée en HP que je suis a cru tomber de sa chaise.

J’ai entendu des coachs dire que les personnes qui se forment sans arrêt doivent se poser des questions sur elles-mêmes car elles ne trouveront jamais leur voie. La femme multipotentielle que je suis s’est décomposée. J’aime apprendre, j’aime découvrir des sujets très différents. Car cela me permet d’avoir une vue d’ensemble et cela nourrit mon envie de faire des connexions entre différents éléments. Depuis que je suis petite, je pense que la seule chose qu’on garde avec nous en mourant, c’est notre apprentissage. Car il fait partie intégrante de ma vie, de mon évolution.

J’ai entendu des coachs dire qu’on ne peut pas être une bonne masseuse et en même temps, une bonne coach. On ne peut pas être bon dans deux domaines à la fois. Mon esprit d’entrepreneuse a voulu hurler « au secours, quelle hérésie ! »

J’ai entendu des coachs qui disent que si une technique de coaching ne t’attire pas, c’est que justement, tu devrais l’utiliser. La femme que je suis veut écouter son cœur. On ne peut pas aimer toutes les techniques. J’ai envie de me sentir bien avec les outils que j’utilise. Parce que je sais que si je crois en eux et que je les maîtrise, je n’en serai que meilleure pour aider les autres. Depuis quand un chirurgien doit-il utiliser un couteau de boucher pour opérer ? Pourtant, il s’agit d’un outil. Mais à chaque personne, son outil. Si tous les coachs utilisaient les mêmes outils, où serait notre richesse, notre différence, notre plus-value ?

Heureusement, j’ai aussi entendu des coachs…

J’ai entendu un coach parler tellement de sa maman avec tant d’humour et de bienveillance que j’ai cru la voir à nos côtés durant ses cours.

J’ai entendu un coach qui par son silence, savait t’amener au plus profond de toi-même.

J’ai entendu des coachs qui étaient des boules d’énergie. Je m’en suis sentie proche. Ils m’ont permis de me sentir en confiance avec ma propre énergie débordante et bousculante.

J’ai entendu des coachs tout en douceur et en délicatesse, qui m’ont touchés humainement par leur cœur si pur et si généreux.

En tant que coach, on m’a appris à quel point il était important de m’aligner à qui je suis. Alors, à tous ces coachs que j’ai croisé, je vous dis merci. J’ai appris de beaucoup d’entre vous, je me suis enrichie de vos enseignements. Et pour les autres, je vous remercie aussi. Car vous avez été également des enseignements. J’ai mis au clair ce que je ne voulais pas être. Et cela est tout aussi important dans ma construction personnelle.

Aujourd’hui, mes ailes de coach se sont colorées de multiples couleurs. Et je remercie déjà à tous les futurs coachés de me faire confiance pour les accompagner sur leur chemin. Ce chemin est le leur. Il sera semé d’embûches, de moments merveilleux, de réveils douloureux. Mais il permet de se reconnecter à soi… C’est le chemin qui mène vers soi.

Tünde Kaméa

bottom of page